RDC-FMI: le litige sur le contrat entre la Gécamines et la Comide en voie d’être réglé

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vue des Usines de Lubumbashi (MNM Pic)

Le différend autour des contrats signés entre la Gécamines et l’entreprise minière Congolaise des mines et de développement (Comide), qui a empêché le renouvellement des programmes économiques du FMI en RDC, a été résolu. Le président du Conseil d’administration de la Gécamines, Albert Yuma, et le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Jean-Claude Masangu l’ont annoncé, jeudi 4 avril. Ils faisaient, devant la presse à Kinshasa, le point de leur mission effectuée au siège du FMI aux USA, du 25 au 28 mars dernier.

Trois questions ont été au centre des discussions à Washington concernant le dossier Comide, selon Albert Yuma et Jean-Claude Masangu. Il s’agissait de connaître les parties contractantes, de vérifier qu’une compensation financière a été versée en cas de transactions et de s’assurer que les textes qui régissent le fonctionnement de la Gecamines étaient respectés.

Albert Yuma a indiqué que la délégation congolaise a pu démontrer que les contractants étaient bien identifiés. Il s’agit de la Gecamines CD, 25% dans Comide, et Strackair international, une entreprise du même groupe que Simplex, qui a été partenaire de la Gecamines au départ.

Il a confirmé qu’il y a eu un accord transactionnel entre Comide et Goma Mining, «qui a amené à ce que la Gecamines – pour dédommager son partenaire Simplex via sa société du même groupe Strackair – a cédé sa participation. Et, en contrepartie Gecamines est entrée dans le capital de Goma Mining à la même hauteur de 25%».

Le conseil d’administration de la Gécamines était pleinement habilité à autoriser une telle transaction. «Et Nous sommes arrivés à la conclusion avec nos amis du FMI que la gouvernance de la Gécamines avait été respectée», a affirmé Albert Yuma.

La partie congolaise a donc rédigé une déclaration sur honneur attestant que les informations fournies étaient vraies. Ce document a été déposé au département juridique du FMI.

Jean Claude Masangu s’est dit optimiste pour la suite:

«Le département juridique du Fonds monétaire international a déjà fait ses commentaires. Il l’a déjà envoyé à la direction Afrique. Et là aussi, ils ont déjà fait leurs commentaires. En ce moment, le document se trouve distribué dans toutes les directions du Fonds monétaire international. A ce stade, il n’y a pas de changement de fonds.»

Le représentant du FMI en RDC avait annoncé, lundi 3 décembre, la suspension de 240 millions de dollars de prêts à la République démocratique du Congo, pour ne pas avoir publié des contrats miniers, comme l’avait requis l’organisation internationale.

(Par Radiookapi.net)

Related posts

Leave a Comment